Aller au contenu principal

Des nouvelles règles pour le secteur bancaire : et alors ?

Mario Draghi l'a annoncé lors de l'assemblée annuelle du FMI : la BCE placera les plus grandes banques européennes sous surveillance d'ici à novembre 2014. Il promet une évaluation rigoureuse destinée à permettre au secteur bancaire de prêter de l'argent à l'économie réelle.

Directeur à la BCE, Jorg Asmussen s'emploie à élaborer des critères clairs d'évaluation de la qualité des actifs des banques.

L'exigence minimale de fonds propres des banques

Les statistiques de la BCE révèlent que les fonds propres des banques belges ne s'élèvent qu'à 5,3 %. Les fonds propres des institutions financières sont les moyens complètement et inconditionnellement à la disposition de l'institution pour couvrir ses risques ou ses pertes.

La plupart des banques ne sont pas favorables à des fonds propres trop importants. Plus les fonds propres sont importants, plus le ROE (Return on Equity ou rentabilité des capitaux propres) est faible. Dans le secteur, un ROE relativement élevé est un atout incontestable qui a le don de séduire les actionnaires. C'est pourquoi les banques choisissent de maintenir un faible niveau de fonds propres.

Le montant minimum de fonds propres des banques constitue toutefois un tampon qui compense les crédits irrécouvrables. On peut s'attendre à ce que les régulateurs belges et européens fixent prochainement des exigences plus strictes quant à ces fonds propres. Ces nouvelles exigences risquent d'aller encore plus loin que les ratios de fonds propres des Accords de Bâle III.

formule ROE 

3 manières de préserver un ROE attrayant

Lorsque les banques seront tenues de relever leur niveau de fonds propres, vous pourrez maintenir votre ROE en augmentant le bénéfice net de votre banque.

Comment faire ? Voici 3 conseils :

  1. Minimisez le coût de la collecte : optimisez votre service contentieux et accélérez le recouvrement des remboursements des crédits octroyés.
  2. Recouvrez plus et plus vite : confiez le recouvrement des paiements tardifs à un expert en recouvrement qui a gagné ses galons dans le secteur bancaire.
  3. Débloquez directement des fonds : vendez les crédits problématiques que, sans cela, vous devriez classer en tant que « créances douteuses ». Débloquez directement des fonds grâce au rachat de créances !

L'avenir des banques dépend de la gestion des processus

Aujourd'hui, la gestion des frais généraux est essentielle à la survie d'une banque. En gérant ces frais, une banque améliore la rentabilité des fonds propres (ROE).

Un paramètre souvent utilisé pour mesurer la productivité d'une banque est le Cost to Income Ratio (CIR). Plus ce coefficient est bas, plus la banque est productive.

Attention, toutefois, si vous souhaitez établir une comparaison avec les banques d'autres États européens : les différences de taux d'intérêt, les commissions et le coût de la main-d'œuvre ont un impact considérable sur le calcul du CIR. La capacité à exiger des prix plus élevés n'est pas un indicateur de la productivité de votre banque. Nous vous conseillons donc de réaliser un calcul adapté du CIR qui exclut les composants tarifaires et se concentre sur la productivité et les performances de votre banque.

 

Une meilleure gestion des processus ?

Parlez-en à notre expert du secteur bancaire >

Améliorez votre CIR et votre ROE.