Aller au contenu principal

En Belgique, le romantisme a de moins en moins la cote

Le nombre de Belges restant avec leur partenaire pour l’argent est plus élevé que jamais. Pour les Belges, le divorce est une cause importante de problèmes financiers.

Le romantisme ne se porte pas bien en Belgique. Nous fêterons bientôt la Saint-Valentin,
une fête que nous aimons associer à l’amour, la tendresse ou un chouette petit cadeau.
Pourtant, ce n’est pas toujours le cas.

27% des Belges restent ensemble pour des raisons financières

En Europe, pas moins de 17% des couples restent ensemble car un divorce serait source de problèmes financiers. En Belgique, ce chiffre monte jusqu'à 27% ! L’année précédente (en 2015), ce pourcentage était encore de 1 sur 5 (21%). C’est ce qu’indique une enquête d’Intrum Justitia, lors de laquelle 1 012 Belges ont été interrogés sur leurs habitudes financières.

Les éventuels soucis financiers supplémentaires en cas de divorce sont pour de nombreux
Belges une raison de rester en couple. 27% des Belges reconnaissent rester avec leur
partenaire pour l’argent. Avec ce chiffre, la Belgique occupe la quatrième place derrière le Portugal (50%), la France (39%) et la Grèce (32%), trois pays associés à des plages et des îles romantiques. Quod non.

Plus de 21 317 répondants européens de 21 pays ont levé le voile sur leur situation économique. À peine 11% des Suédois et 10% des Norvégiens disent rester en couple pour l’argent. L’année précédente, ces pourcentages étaient encore respectivement de 6 et 7%. Ils évoluent donc...

Se séparer fait souffrir....

Il est remarquable de constater que les jeunes Belges sont plus conservateurs que les plus de 50 ans dans ce domaine. 32% des Belges entre 18 et 24 ans indiquent qu’un divorce est l’une des causes qui contribue à des problèmes financiers. Ce chiffre tombe à 28% dans le groupe des 25 à 34 ans et remonte ensuite à mesure que l’on avance en âge : 46% des plus de cinquante ans reconnaissent qu’ils voudraient quitter leur partenaire en cas de problèmes financiers, 26% qu’ils resteraient.

« On sait que le divorce est une cause importante de difficultés financières croissantes », déclare Guy Colpaert, Managing Director chez Intrum Justitia Belgique. « Il me semble logique que les jeunes couples en Belgique restent davantage ensemble que les plus vieux couples, car à ce moment là, la situation financière est différente. Il est d’ailleurs de plus en plus difficile d’épargner pour un avenir serein, même si on reste en couple. »

 

Savoir plus sur les habitudes financières des Belges ?

Consultez le rapport EU Consumer Payment >