Aller au contenu principal

Journée internationale du Consommateur: Le comportement des consommateurs en ligne se fait plus téméraire

Un Belge sur 5 envisage d’emprunter aussi de l’argent pour acheter une télévision ou un
ordinateur

  • De plus en plus de Belges effectuent des achats en ligne avec leur carte de crédit
  • Les jeunes utilisent de plus en plus souvent leur carte de crédit
  • 20 % des jeunes admettent titiller leur limite de crédit
  • Les hommes sont financièrement plus téméraires que les femmes
  • Appel à plus de connaissances sur les droits et devoirs de la consommation en ligne : l’an dernier, le SPF Économie a recensé 5 920 cas de fraude ou de fausses factures

Les Belges moins prudents

Les Belges ont toujours été le petit frère conservateur de la classe européenne : prudents avec les finances et très portés sur l’épargne. Mais les temps changent rapidement. Les jeunes belges dépassent la moyenne européenne en la matière : 29 % d’entre eux envisagent d’emprunter de l’argent à la banque pour acquérir une télévision ou un ordinateur ou d’acheter celui-ci à crédit (contre 24 % au niveau européen). C’est ce qu’il ressort d’une enquête menée par Intrum Justitia auprès de 1 012 Belges.

Black Fridays, Cyber Mondays... Internet ne manque pas de créativité pour convaincre les consommateurs de dépenser plus qu’initialement prévu. Le seuil baisse et les achats sont toujours plus simples : 58 % des Belges déclarent posséder une carte de crédit et 37 % utilisent aussi celle-ci en ligne.

Et les hommes s’avèrent plus téméraires que les femmes : 18 % des femmes et 23 % des hommes veulent emprunter pour acheter une télévision, par exemple. Les banques proposent des formules de prêt pour l’achat de biens de consommation : 20 % des Belges souhaitent aussi en faire usage pour payer leurs vacances.

L’augmentation des achats en ligne nécessite des règles claires pour protéger le consommateur

Les dangers guettent. Le consumérisme est un nouveau terme qui est en bonne voie pour être un jour élu « mot de l’année ». Nous consommons en effet beaucoup... et volontiers. Seuls 30 % des Belges n’achètent jamais en ligne. Et parmi les 70 % qui achètent quelque chose en ligne au moins une fois par an, 24 % admettent dépenser plus que prévu. 20 % des jeunes titillent la limite de leur carte de crédit ou empruntent de l’argent à la banque, à un ami ou à un proche pour pouvoir supporter ces coûts. Un sur trois achète plus souvent en ligne qu’auparavant et un sur quatre admet avoir pris goût à dépenser aussi plus pour les achats ordinaires.

Importance accrue des droits et devoirs de la consommation en ligne

Les plus fervents adeptes des achats en ligne appartiennent à la catégorie d’âge des 24-35 ans. Cette génération combine en effet souvent des revenus relativement confortables et des aptitudes pour les achats en ligne. Le nouveau Point de contact du SPF Économie (qui existe depuis tout juste un an) fait savoir qu’en l’espace d’un an, les consommateurs belges ont signalé 2 195 cas de fraude à la fausse facture et 3 725 cas de fraude au commerce en ligne.


« Ce n’est pas tout noir ou tout blanc ; la discussion doit être nuancée. Les crédits, notamment pour les achats en ligne, sont nécessaires pour faire tourner l’économie. C’est pourquoi nous plaidons toujours pour une meilleure formation sur la ‘gestion de l’argent’ dans notre enseignement. 69 % des personnes interrogées considèrent qu’une meilleure éducation en matière de gestion des finances serait une solution. Beaucoup de gens ne sont pas non plus au courant des risques et ont tendance à partir du principe qu’ils seront protégés en cas de problème. Notre objectif est de lancer un avertissement préventif à tous les consommateurs », explique Guy Colpaert, CEO d’Intrum Justitia.