Aller au contenu principal

Les hôpitaux perdent des millions

Entre 2007 et 2010, le nombre de factures annulées par les hôpitaux a augmenté de plus de 50 %. En raison de la crise, de plus en plus de patients ne parviennent plus à les honorer.

Les patients paient de moins en moifns souvent leur facture

En 2010, les hôpitaux ont enregistré des arriérés de paiement à hauteur de 2800 euros par lit en moyenne. C’est 47 % de plus qu’en 2007 selon les résultats de l’enquête à laquelle environ deux tiers des hôpitaux flamands ont participé.

 

Les mauvais payeurs mettent les marges financières sous pression

Frederik Coussée, collaborateur chez Zorgnet Vlaanderen, dans De Standaard : « Il s’agit des montants sur lesquels l’hôpital ne compte plus vraiment parce que les patients ne respectent pas le plan de remboursement ou ignorent les mises en demeure. »

Au total, les hôpitaux doivent encore recevoir 49,1 millions d’euros. Un montant considérable qu’ils risquent de ne jamais revoir !

Les hôpitaux annulent également de plus en plus de factures. En 2007, ils ont perdu 390 euros en moyenne par lit. En 2010, ce montant était déjà passé à 600 euros. Cette année-là, les 35 hôpitaux ont perdu ensemble 10,5 millions d’euros à cause des mauvais payeurs.

Ces pertes exercent une forte pression sur les marges financières et les investissements dans le secteur hospitalier.

 

La facture amène bien trop souvent des surprises

Les chiffres indiquent que seulement 35 % des hôpitaux communiquent de manière suffisamment claire à propos du prix d’une hospitalisation et pour 33 %, la confusion est possible. Il s’agit là de facteurs ayant une grande influence sur un défaut de paiement ultérieur. La preuve qu’une bonne gestion du crédit commence avant l’envoi de la facture.

 Un processus de facturation et de recouvrement efficace, des gens bien formés et un système performant sont essentiels si l’on veut mettre un terme à cette tendance négative !