Aller au contenu principal

Recouvrement de créances chez vétérinaires et les cliniques pour animaux

Ils font appel en masse à Intrum Justitia

Quand Walter van Look, un vétérinaire néerlandais, aide un nouveau client, il se dit parfois que cela va être difficile d'être payé pour son travail. Mais il s'en accommode. Sauver la vie d'un chat ou d'un chien est beaucoup plus important.

mauvais payeurs des cliniques pour animaux« Dans les cas d'urgence, l'aspect financier est relégué au second plan. Lors d'un accident, on ne connaît parfois même pas le propriétaire de l'animal », explique Walter.

 

Forte croissance en 25 ans

Walter a ouvert un cabinet de vétérinaire il y a 25 ans. En 1994, il a racheté deux cliniques pour animaux avec un partenaire. Une troisième clinique est venue s'y ajouter il y a quelques années. Aujourd'hui, il dirige 14 personnes, dont 6 vétérinaires.

Les cliniques de Walter van Look ne font pas que des opérations. Toutes sortes d'examens y sont également réalisés : d'une simple prise de sang à une radio ou un scanner un peu plus onéreux.  

Les cliniques pour animaux ne sont pas subventionnées et les patients pas assurés

Aux Pays-Bas, la médecine vétérinaire n'est pas subventionnée et peu de Néerlandais assurent leur animal de compagnie pour les frais médicaux, contrairement à des pays comme le Royaume-Uni et la Suède où 30 % des animaux de compagnie sont assurés. La plupart des clients paient directement lors de leur visite, en liquide ou par carte.   

Les cliniques pour animaux ont besoin d'un partenaire en recouvrement

Dans certains cas, les cliniques pour animaux envoient des factures. En cas d'urgence la nuit par exemple. Ou lorsque le propriétaire de l'animal demande explicitement un plan de paiement.

« Il arrive parfois que les gens ne paient pas », poursuit Walter van Look. « Nous envoyons alors deux rappels. S'ils ne réagissent pas, nous transmettons leur dossier à Intrum Justitia. Le pourcentage de mauvais payeurs est faible, mais la concurrence est de plus en plus rude aux Pays-Bas, donc chaque euro compte. Les gestionnaires de dossiers d'Intrum Justitia ne reculent devant aucun défi. »  

recouvrement de créances des vétérinairesPourquoi Intrum Justitia comme partenaire en recouvrement ?

« Les chaînes de cliniques vétérinaires se multiplient aux Pays-Bas et un certain nombre d'acteurs internationaux ont jeté leur dévolu sur notre pays. Les animaleries proposent également certaines vaccinations à l'heure actuelle. Bref, de nouveaux concurrents apparaissent et mettent notre marge sous pression », constate Walter van Look.

 « C'est pour cette raison que nous avons choisi Intrum Justitia comme partenaire. Qu'il s'agisse de petits ou de gros montants, de dossiers récents ou plus anciens, ils savent toujours quoi faire. C'est rassurant de savoir que même après plusieurs années, Intrum entreprend encore des actions quand une facture de l'une de nos cliniques reste impayée. »

Posez vos questions ici :