Aller au contenu principal

European Payment Report 2016

Meilleures habitudes de paiement: davantage de postes dans 11 000 PME?

Intrum Justitia publie aujourd’hui le rapport «European Payment Report 2016». Cette étude représentative menée auprès de quelque 10 000 entreprises dans 29 pays révèle également de manière saisissante les habitudes de paiement en Suisse: environ la moitié des entreprises domestiques souffre de problèmes de liquidités en raison de créances impayées. Cela, associé à la crainte d’une hausse des risques de défaillance, pèse sur l’économie suisse, entraîne des pertes de chiffre d’affaires et bloque la croissance des entreprises. 

L’étude montre qu’environ 11 000 petites et moyennes entreprises (PME), soit une entreprise sur 10 en Suisse, pourrait créer davantage de postes si la clientèle payait ses factures dans les délais. L’European Payment Report 2016 explique clairement l’effet d’un paiement dans les délais sur la situation économique de notre pays: «De meilleures habitudes de paiement génèrent davantage de main-d’œuvre pour les entreprises suisses. Il en ressort un potentiel considérable pour le marché du travail, et donc, pour le renforcement durable de l’économie suisse», explique Thomas Hutter, Managing Director d’Intrum Justitia Suisse SA avec conviction.

Origines des retards de paiement: manque d’argent, intention et administration 


Les entreprises suisses interrogées expliquent le retard de paiement de leurs clients principalement par les motifs suivants: difficultés financières (77%), retard volontaire (64%) et défis administratifs (55%). Par ailleurs, Monsieur et Madame Suisse bénéficient en moyenne de longs délais de paiement , mais paient plus tard qu’ailleurs en Europe. Les deux chiffres ont augmenté par rapport à l’année dernière.

 

Délai de paiement (en jours) 

Paiement (en jours) 

 

CH

Europe

CH

Europe

  B2C 

27

20

31

21

  B2B 

30

30

37

36

  Pouvoirs publics 

34

29

45

36


Risques liés aux retards de paiement: pertes, suppression d’emplois et viabilité menacée

Environ un tiers des entreprises interrogées en Suisse avoue devoir essuyer des pertes de chiffre d’affaires. La moitié redoute même des problèmes de liquidité en raison de créances réglées en retard. Et, si une entreprise sur sept supprime des postes de travail pour cette raison, une PME sur cinq craint même pour son existence à cause de ces défauts de paiement.

Perspectives confuses pour l’année prochaine

Une PME sur cinq en Suisse prévoit que les habitudes de paiement de ses clients seront encore plus mauvaises qu’au moment du sondage au cours des 12 mois suivants.

En ce qui concerne le risque de défaillance, les entreprises suisses interrogées cette année se montrent encore plus pessimistes pour l’avenir que dans les autres pays européens où seule une entreprise sur sept craint une hausse des risques débiteurs.

Près de deux tiers des entreprises suisses interrogées ont déjà accepté des délais de paiement plus longs que ce qu’elles auraient souhaité. «Les retards et défauts de paiement entraînent un cercle vicieux... pertes de chiffre d’affaires, problèmes de liquidité et donc, frein sur la croissance. Les PME, colonne vertébrale de notre économie, sont les plus touchées. Nous devons les soutenir», ordonne Thomas Hutter.

Il n’est donc pas étonnant de constater que les entreprises cherchent à se préserver toujours mieux du risque croissant de retards et défauts de paiement:

 

2016 (CH/Europe, en %) 

2015  (CH/Europe, en %) 

  Paiement d'avance 

69/50

59/47

  Examen de la solvabilité 

60/36

59/35

  Recouvrement 

30/31

17/21


Au sujet de l’European Payment Report

L’étude se base sur un sondage mené de février à avril 2016 auprès de quelque 10 000 entreprises issues de 29 pays européens. L’étude intégrale fournit une comparaison des tendances nationales et internationales en matière d’habitudes de paiement.

Commandez gratuitement un PDF de l’étude