Aller au contenu principal

Amour ou argent?

La plupart des couples savent bien que l’argent et les finances jouent un rôle important dans une relation. Cependant, l’European Consumer Report 2015 d’Intrum Justitia apporte un résultat intéressant: en effet, l’argent maintient les couples ensemble, même lorsque l’amour est en perte de vitesse.

La plupart des couples savent bien que l’argent et les finances jouent un rôle important dans une relation. Cependant, l’European Consumer Report 2015 d’Intrum Justitia apporte un résultat intéressant: en effet, l’argent maintient les couples ensemble, même lorsque l’amour est en perte de vitesse.

15% des personnes interrogées déclarent qu’elles restent dans une relation pour des raisons financières, et la différence entre hommes et femmes est minime (16% des hommes et 15% des femmes).

Le résultat est un peu différent lorsque l’on regarde les chiffres sur le plan géographique. Les pays nordiques sont alors moins affectés – seulement 6% des Suédois affirment que leur situation financière constitue une raison de ne pas mettre fin à leur relation, suivis par les Norvégiens et les Estoniens avec respectivement 7%.

En revanche, 37% des couples français déclarent qu’ils restent dans une relation pour des raisons financières, suivis par les couples suisses avec 30% et le Portugal, avec un couple sur quatre concerné. L’enquête a été réalisée dans 21 pays européens.

«Il n’est pas surprenant que les finances puissent maintenir des couples ensemble. Il est plus coûteux de faire fonctionner un foyer d’une seule personne; les paquets de nourriture au format «familial» coûtent moins cher, par exemple. Ce qui est surprenant, c’est que la différence entre les hommes et les femmes ne soit pas plus grande, notamment dans les pays où les femmes travaillent moins, comme en Grèce ou en Italie.» C’est ce qu’a déclaré Anita Nyberg, professeure émérite en ethnologie, histoire des religions et recherche sur les genres à l’Université de Stockholm.

En Grèce, 14% des hommes et des femmes répondent par un «oui» quand on leur demande si leur situation financière constitue un facteur pour ne pas mettre fin à leur relation. En Italie, 10% des hommes et 14% des femmes donnent cette même réponse.

Lorsque les couples se séparent, on constate cependant une différence entre les sexes dans les conséquences que cela implique.

«Les études menées jusqu’alors démontrent qu’après une séparation, les hommes s’en sortent mieux financièrement que les femmes. Cela est dû à leur plus grande participation au marché du travail et à leurs salaires plus élevés. Bien sûr, il est très utile pour les hommes comme pour les femmes d’être financièrement indépendants, d’avoir son revenu propre. Et il est prouvé que les femmes, qui travaillent plus souvent à temps partiel, ont tendance à augmenter leur nombre d’heures de travail lorsqu’un divorce est imminent», explique Anita Nyberg.

Les finances influencent les divorces et séparations d’autres manières également, et n’incitent pas uniquement les couples à rester ensemble.

«Les divorces sont plus fréquents dans les familles issues de couches sociales à faible revenu que dans les familles aisées. Le nombre de divorces tend également à augmenter lorsque la conjoncture économique est défavorable», déclare Anita Nyberg.