Aller au contenu principal

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront d’améliorer votre expérience sur notre site. En savoir plus sur l'utilisation des cookies et la manière de modifier vos paramètres

Intrum justitia european payment report 2017

Les délais de paiement s’améliorent en France selon l’étude d’Intrum Justitia.

  • La nouvelle étude annuelle “European Payment Report 2017” d’Intrum Justitia, l’un des leaders européens de la gestion du poste client et spécialiste du recouvrement de créances, montre que les délais de paiement se sont légèrement améliorés depuis un an.
  • Réalisée auprès de 10 000 entreprises européennes, elle souligne un plus grand optimisme des entreprises françaises face au risque d’impayés.
  • La législation française et européenne peut contribuer à une réduction des délais de paiement.

L’étude annuelle réalisée par Intrum Justitia montre que le délai effectif de paiement des factures a diminué en France de 7 jours (27 jours contre 34 jours en 2016) dans le secteur BtoC, de 2 jours dans le secteur BtoB (46 jours contre 48 jours en 2016) et de 1 jour dans le secteur public (57 jours contre 58 jours l’an passé) alors même que 3 entreprises françaises sur 10 (contre 4 sur 10 en Europe) admettent régulièrement payer leurs factures en retard. Des chiffres à mettre en perspective avec l’ensemble de l’Europe : en moyenne, le délai effectif est de 24 jours dans le secteur BtoC, 37 jours en BtoB et de 41 jours dans le secteur public.

Une part stable des entreprises françaises (69% en 2017 vs 72 % en 2016), toute taille confondue, affirme avoir accordé des délais de paiement plus longs que ceux habituellement consentis alors que cette tendance est en hausse pour le reste des entreprises europénnes (58% en 2017 vs 46% en 2016). La proportion des demandes d’allongement des délais provenant des PME françaises diminue et confirme l’embellie économique en passant de 91 % en 2016 à 74 % en 2017.


Une note positive qui se traduit également par des entreprises françaises plus optimistes d’année en année, 17% seulement d’entre elles anticipant une hausse du risque d’impayés contre 26% en 2016 et 34% en 2015.

Pour Anne Williart, « l’étude réalisée par Intrum Justitia s’inscrit bien dans les tendances observées en France par les indicateurs économiques confirmant un regain de confiance des entreprises : des taux d’intérêt faibles favorisant une reprise des investissements, une trésorerie améliorée des entreprises pour la première fois depuis 2005 et une baisse des défaillances d’entreprise. Dans ce contexte plus positif, les entreprises doivent encore améliorer leur délais de paiement pour contribuer à une économie plus saine».

La loi comme levier supplémentaire de réduction des délais de paiement.

Alors que le commissaire européen Elżbieta Bieńkowska estimait en août 2016 qu’il restait encore beaucoup à faire pour que la culture de rapidité des paiements devienne une réalité dans les entreprises, il faut noter l’évolution des comportements en France.


Près des deux tiers des entreprises françaises (67%) connaissent la Directive européenne sur les retards de paiement, la moyenne se situant à 31% en Europe. De plus, elles la jugent plus efficace que leurs voisins : 23% constatent un impact positif sur les retards de paiement contre 17% de moyenne européenne. Son usage relativement fréquent peut expliquer cette perception. En France, 42% des entreprises réclament des frais supplémentaires en cas de retard de paiement contre une moyenne européenne établie à 27%.

En France, les dispositions de la loi Sapin II (amende administrative portée à 2 M€ contre les entreprises qui règlent trop tardivement, « name and shame » - publication systématique des sanctions administratives contre les mauvais payeurs) et l’accroissement des contrôles par la DGCCRF vont très probablement contribuer à l’avenir à un plus grand respect de la réglementation sur les délais de paiement par les entreprises.

A propos d’Intrum Justitia
Le groupe Intrum Justitia est l’un des leaders européens des solutions de gestion de créances, offrant des services complets jusqu’à l'acquisition de créances, destinés à améliorer les flux de trésorerie et la
rentabilité à long terme de ses clients. Fondée en 1923, Intrum Justitia est présent dans 21 pays et emploie 4 200 salariés. Ses revenus consolidés s’élèvent à environ 6,1 milliards de couronnes suédoises en 2016. Intrum Justitia AB est cotée au Nasdaq Stockholm depuis 2002. Pour plus d’informations, visitez notre site internet www.intrum.com

Informations sur l’étude
L’étude European Payment Report 2017 a été réalisée sur la base d’un sondage effectué simultanément
dans 29 pays européens entre février et avril 2017. Dans cette étude, Intrum Justitia collecte des données de plusieurs milliers d’entreprises pour déterminer des tendances sur les comportements de paiement et la santé financière des entreprises européennes.

Contact presse : direction-commerciale@fr.intrum.com