Aller au contenu principal

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront d’améliorer votre expérience sur notre site. En savoir plus sur l'utilisation des cookies et la manière de modifier vos paramètres

10 années de collaboration : La meilleure preuve de satisfaction

Pour Didier Despierres, Responsable Service Contentieux de la Banque Populaire des Alpes : « Les 10 années de collaboration avec Intrum Justitia représentent la meilleure preuve de notre satisfaction. »

La Banque Populaire des Alpes a choisi Intrum Justitia pour l’accompagner dans la gestion de son poste client : de la cession de créances au recouvrement, un partenariat gagnant depuis plus de 10 ans !

Avec près de 400 000 clients banque et assurance, la Banque Populaire des Alpes est un acteur leader engagé dans le développement économique de son territoire (8 départements: de l’arc Alpin, de la Savoie/Haute-Savoie jusqu’aux Alpes-de-Haute-Provence).
C’est en 2004 que la banque décide de faire appel à Intrum Justitia, pour réaliser du rachat de créances en flux. Un partenariat qui n’a cessé de se développer depuis, jusqu’à la mise en place d’un contrat de recouvrement en mandat de gestion.


Un choix conforté au fil des ans : « À l’époque il s’agissait d’améliorer les encaissements immédiats » nous confie Didier Despierres, Responsable du Service Contentieux de la Banque Populaire des Alpes. « Mais depuis 2004 le montant des créances a fortement progressé ». Aujourd’hui plus que jamais, la gestion du recouvrement est stratégique. L’externalisation, partie intégrante de notre modèle, permet à nos chargés d’études internes, peu outillés pour la gestion volumes importants, de se recentrer sur les dossiers à plus forts enjeux.»


En France comme à l’étranger, Intrum Justitia mène donc les actions de recouvrement de la Banque Populaire des Alpes dont le territoire partage une frontière avec la Suisse et l’Italie. « Les créances en dehors du pays sont complexes à gérer et nos équipes se sentent bien souvent démunies pour faire face à ces impayés » ajoute Didier Despierres, avant de souligner la performance de son équipe dédiée chez Intrum Justitia qui atteint un bon taux de recouvrement. Une équipe avec laquelle les contacts sont permanents et facilités par la dématérialisation totale des flux allers et retours avec le logiciel utilisé par la Banque Populaire : « une relation systématisée et « 0 papier » qui colle avec la politique de développement durable de la banque. » se félicite Didier Despierres.


« Mais c’est la durée de notre collaboration qui est la meilleure preuve de notre satisfaction » conclu-t-il, préparant déjà le lancement de nouveaux projets enrichissant le partenariat d’Intrum Justitia avec la Banque Populaire des Alpes. Inscrite dans la durée, cette collaboration trouve toute sa cohérence dans les liens étroits qu’entretiennent Intrum Justitia, via sa joint venture IJCOF*, avec Natixis et plus largement la BPCE.